Pour une réconciliation avec l’exil

Pour une réconciliation avec l’exil

| par Hanieh Ziaei |

Notion complexe, l’exil peut revêtir autant de formes que de trajets singuliers. La couleur tragique de l’exil se dissout au profit de l’idée d’une possibilité de reconstruction du soi. La particularité des artistes iraniens réside dans le fait qu’en une demi-moitié de siècle, l’Iran a connu un nombre élevé d’exilés politiques (opposants, militants et activistes), incluant des penseurs, des intellectuels et de nombreux artistes dont certains vivent encore aujourd’hui la peur secrète de ne jamais revenir. Ils ne manquent pas de saisir toutes les occasions possibles pour se défaire et se recomposer.

Pour lire le texte, cliquez sur l’image

Publicités